accueil

la compagnie

agenda

spectacles

      Ô Travail

      Réveil

      Tout est pour le mieux

      Le Cabaret des Chartreux

      Les Fourberies Ridicules

      TARTUFFE(S) La répétition

      Môssieur Bling

      Souriez !!!

      1,2,3 Réveil !

      3,2,1 Partez !

      Le Chant des Souris

      C'est Bon ! C'est Bon !

      La Prose du Transsibérien

      Le cri du feu

      Lectures


scolaires et crèches

presse

ateliers et stages

partenaires

galerie

liens

contact


archives









Ô Travail !?

Une création 2018


télécharger le dossier artistique en pdf



Résumé

Émile, clown errant, a enfin trouvé du travail ! Comme il n'a pas encore de "chez lui", il dort sur place. Il est réveillé par Bûchhh, la clowne de ménage, qui le somme de se mettre à l'ouvrage. Mais travailler c'est dur, c'est compliqué, surtout quand votre esprit s'envole à chaque occasion, que les outils se rebellent et que de drôles de bestioles le perturbent. Tout cela existe-t-il vraiment ou n'est-ce que le fruit de son imagination ? Émile, personnage lunaire et étourdi, va aller de surprises en catastrophes, mais toujours avec malice, poésie et générosité !
De et avec : Nathalie Roubaud et Mike Reveau Peiffer







Intentions

Nous avions quitté Émile dans la rue où il avait du mal à trouver quelque chose à manger, nous le retrouvons dans le monde du travail. Depuis Charlie Chaplin avec “Les Temps Modernes”, l’univers du burlesque s’est beaucoup intéressé au monde du travail. Les cadences, les répétitions du même geste, l’ennui, les débordements... autant de sources d’inspiration pour des clowns qui voudraient s’en moquer. Nous passons beaucoup de temps au travail, et les conditions de travail , après l’embelli des”Trente Glorieuses”, à vite laisser la place à la précarité, à “l’ubérisation”, comme une sorte de retour à l’exploitation des plus fragiles au plus fort de la révolution industrielle. Toujours dans l’esprit de la compagnie, ’apport de la marionnette en manipulation cachée, amène une autre dimension dans l’onirisme et le décalage. Les inspirations sont toujours les mêmes ; Chaplin, Jacques Tati et le cinema muet en général. Mais aussi Jim Henson pour la marionnette dite “Muppet” en référence à son émission la plus célèbre le “Muppet Show”.